Histoire & Patrimoine

Présentation générale

Notre commune a une superficie de 6 892 hectares et se classe parmi les plus étendues du département des Bouches-du-Rhône.

Notre population compte actuellement environ 9 000 habitants. 

Origine du nom de Lançon-Provence

Le nom officiel de notre commune est Lançon-Provence. Il a été fixé par un décret ministériel de novembre 1919.

L’origine du nom « Lançon » serait la suivante :

- « LAN » est un terme celto-ligure qui signifie promontoire rocheux
- « COENUM » est un mot latin qui évoque les marécages

Lorsque les premiers habitants l’ont nommé ainsi, Lançon était encore perché sur son promontoire rocheux entouré de marécages.

Jules César fut le premier à entreprendre des travaux d’assainissement, il y a deux mille ans.

Création du village

Le village serait né vers le XIème siècle, il semble qu'à l’époque de la famille des Brussans-Paillo, premiers seigneurs de Lançon, aurait bâti un château primitif (à l’emplacement du château actuel).
A cette époque, le village se situait encore autour de la Chapelle Saint Cyr au bord de l’actuelle route départementale 113.

C’est après l’arrivée des Princes des Baux à Lançon en 1116 que les habitants de Lançon auraient abandonné la plaine pour se mettre à l’abri autour de leur imposant château (le château actuel).

Une commune riche d'histoire

Plusieurs sites témoignent de la richesse historique de Lançon :

- 2 vestiges protohistoriques : Château Virant et la ferme fortifiée de Coudounèu (Vème siècle avant J.C.)
- les sites antiques : des fragments de la Via Aurélia
- 2 oppida : les Escalètes et Constantine

Le blason de Lançon

Les Seigneurs des Baux qui ont bâti leur château en 1116 et séjourné à plusieurs reprises à Lançon ont offert aux lançonnais, comme preuve d’estime et d’affection, leurs propres armoiries en changeant néanmoins les émaux.
Le blason de Lançon est ainsi né : une étoile à 16 raies d’or sur fond d’azur.

Le Patrimoine de Lançon

Les richesses du patrimoine de Lançon se découvrent au fil des rues et ruelles de son village, dans ses hameaux et à travers ses collines.
Les nombreux vestiges du passé conservés sont de merveilleux témoignages de la vie, du quotidien, de l’histoire des anciens.

Les principaux éléments du patrimoine

Les hôtels de roulage

2 hôtels de roulage ont existé à Lançon et ce, jusque dans les années 30.
Il s’agissait d’établissements qui offraient aux voyageurs le gîte et le couvert mais ils avaient également une autre mission.
Lançon est situé sur la route qui reliait Avignon à Marseille et qui était très fréquentée.
Les chevaux de ces relais étaient alors utilisés pour renforcer les attelages au pied de la côte du télégraphe Chappe.

Pour ceux qui connaissent la médiathèque, elle a été construite dans l’ancienne remise de l’un de ces hôtels. D’ailleurs, au rez-de-chaussée, certains espaces ont été préservés (le bouïdou, par exemple, où l’on faisait le vin).

L’Hôtel Pascalis



Cet ancien hôtel bourgeois date de 1850.
Il a abrité l’hôtel de ville jusqu’en 1985 puis plus récemment de nouveau plusieurs services municipaux.

Au sous-sol se trouve une salle d’exposition archéologique consacrée au site de Coudounèu.
Ce site datant du Vème siècle avant JC aurait été une sorte de ferme grenier.
Dans cette salle est regroupée une partie des objets provenant des fouilles : poteries, céramiques, graines, quelques outils…mais également une gousse d’ail datant de 4 siècles et demi avant JC, ce qui en fait la plus ancienne gousse d’ail trouvée en France.

La Maison dite « des Templiers »



La Maison dite des Templiers est un hôtel particulier du XVIème siècle classé monument historique.

Appelé également l’Hôtel de Luxembourg, à l’origine son nom était l’Hôtel Foresta.
En effet, cet hôtel particulier de style renaissance italienne a été bâti par la Famille Foresta originaire d’Italie.

Malheureusement, dans les années trente, cet hôtel a connu un triste sort puisque son propriétaire, le baron balte de Kassel, a commencé à le démonter pierre par pierre en vue de le reconstruire à Cannes.
Mort au cours de l’un de ses voyages à l’étranger, ce baron n’a pu achever son projet, nous permettant ainsi de conserver une partie de ce monument historique.

L’église Saint Cyr et Sainte Julitte



Elle fut construite au XIVème siècle à l’intérieur de la 3ème enceinte pour des raisons sécurité.
Elle connut ensuite de nombreux agrandissements et embellissements, essentiellement au XVIIIème siècle.
Un vitrail frappé aux armes de Léon XIII, pape de 1878 à 1903, orne la façade.
Sa tour beffroi, surmontée d’un élégant campanile en fer forgé si caractéristique de la Provence, domine le village médiéval.
L’église ne fut heureusement pas endommagée lors du tremblement de terre de 1909, elle dut néanmoins être consolidée après les bombardements de la Seconde Guerre Mondiale.

Le Château



Il a été bâti par les Seigneurs des Baux au 12ème siècle.
Propriété privée, il ne peut se visiter.

Les enceintes et les portes fortifiées

Le village a été, au fil de son développement, protégé par 3 enceintes.
La 1ère a été construite avec le château (XIIème siècle), la 2ème entre le XIIème  et le XIVème siècle et la 3ème au XVIème siècle.

Plusieurs vestiges témoignent encore de ces époques, notamment des parties préservées de ces enceintes et plusieurs portes fortifiées telles que la Porte de la Glacière et la Porte de Bouissière qui a conservé de magnifiques mâchicoulis et le passage de la herse.

La Chapelle Saint Cyr



Cette charmante chapelle de style roman est grâce à ses proportions harmonieuses, l’une des plus remarquables petites églises rurales de la région.
Probablement construite à la fin du XIème siècle, elle fut autrefois le centre de l’ancien village.

De nos jours, elle est encore utilisée pour des offices religieux ainsi que pour des expositions et concerts.