Découvrons ou redécouvrons ensemble des lieux emblématiques de notre territoire, chargés d'histoire et qui ont su traverser les époques...

Lançon-Provence au fil du temps

L'escargot le plus fameux des environs se dresse fièrement à l'entrée de la commune sur le rond point du stade.
La structure longue de 7 mètres est en acier galvanisé et pèse 500 kg ; sa coquille mesure 1,70 m pour une hauteur de 2 m et celle de ses cornes est de 4 m. Cette œuvre est le résultat de 700 heures d’un travail conjoint du ferronnier d’art Henri Garcia et de Michel Gazano, qui ont offert leur création à la municipalité. L'escargot appelé mourguette était le surnom donné par nos voisins et amis des communes de Pélissanne et de Grans aux habitants de Lançon, au début du siècle dernier. Les limaçons blancs -les mourguettes- se voyaient de loin sur les terres arides autour du village ancien de Lançon. Ce nom, repris par l’ancien pâtissier du centre pour baptiser sa spécialité de chocolat blanc en forme d’escargot, est aussi celui choisi aujourd’hui par le comité local des festivités.

 

     

 

 


Cet aménagement a été imaginé par Jean-Pierre Marmoz, architecte et adjoint au Maire sous la première mandature de Michel Mille. Le rond point du portail réalisé en 2016 signale l'entrée de la commune. Il est une invitation à venir découvrir les atouts de Lançon. L'aménagement a été réalisé par des entreprises lançonnaises et le pôle technique de la commune. La partie centrale est ornée d'un portail en fer forgé fixé à deux murs de pierre de taille de la région. L'ensemble est mis en valeur par des arbustes et plantes méditerranéennes.

    


La chapelle Saint Symphorien se situe sur la route de Coudoux et date du XVIIIème siècle. Elle est dédiée au Saint patron du village, Saint Symphorien.
Elle se compose d'une maison d'habitation et de la chapelle. La maison d'habitation est un ancien presbytère dans lequel vivait un ermite. Le dernier curé, l'abbé Passa y mourut en 1924. Ce presbytère a été vendu par la commune en 1976 et transformé en chambre d'hôtes.
Jusqu'aux années 60, des messes étaient célébrées dans la chapelle pour des événements familiaux.

         


La rue Hoche est dominée par l'élégant portail en pierre de Calissanne de l'ancienne chapelle des Pénitents Blancs. Son fronton date du XVI ème siècle et est un ouvrage classé.
Dans cette élégante chapelle siégeait à l'époque la confrérie des Pénitents Blancs de Lançon. Les confréries étaient des associations religieuses de laïcs qui s'engageaient à mener une vie religieuse et étaient soumis aux mêmes pratiques que les moines. Ils avaient plusieurs missions : prêter assistance aux malades,héberger les voyageurs égarés... Dans notre village, on pouvait les croiser lorsqu'ils transportaient des cadavres et organisaient des enterrements.
Ils étaient vêtus d'une robe de toile, d'une ceinture de corde et d'une cagoule.
La chapelle a été transformée en salle municipale et héberge aujourd'hui le pôle informatique

    


L'âme de Lançon se définit sans doute par ce beau monument en pierres de taille qui se dresse fièrement en face de la place du Champ de Mars, et qui abrite la mairie depuis 1985. Avant cette date, il s'agissait de l'école communale, qui fut construite entre 1846 et 1849. A l'origine il y avait deux entrées: une pour les filles et une pour les garçons. La cour de récréation se situait à l'arrière du bâtiment, et un mur séparait les garçons des filles.
A cette époque, la mairie se situait encore place Wolff dans l'ancien hôtel Pascalis.
En juillet 1992, une extension de notre mairie actuelle fut réalisée dans l'ancienne cour de l'école.

 

       


Au XIe siècle, les Seigneurs de Lançon construisirent un premier château, alors que le village se situait autour de la chapelle Saint-Cyr.
Au XIIe siècle, les Seigneurs des Baux s'installèrent à Lançon en raison de sa position stratégique qui dominait la Touloubre. Ils construisirent un nouveau château à la place de l'ancien. C'est à ce moment là que les habitants quittèrent la plaine pour se mettre à l'abri derrière les remparts.
Le château a été fortifié selon une conception militaire originale voire insolite en Provence. Il a la forme d'une ellipse flanquée de tours carrées réunies par des machicoulis sur arcade.
A l'occasion de ses 900 ans en 2016, un spectacle 3D (mapping) retraçant une partie de son histoire a été projeté sur ses remparts.
Si ce monument est aujourd'hui privé, il n'en reste pas moins l'emblème de notre village !

          


Le château la Beaumetane est une ancienne maison de maître située sur la route de Saint-Chamas en direction des Baïsses.
Elle fut construite après 1850 dans un parc où existait déjà un château plus ancien. On y retrouve des vestiges d'écurie, de four et de moulin à huile, ainsi qu'une cave voûtée et de magnifiques carreaux vernissés très anciens.
Cette propriété au cadre enchanteur entourée de vignes et d'oliviers, est aujourd'hui privée et accueille mariages et tout événement privé ou professionnel.

       


Les bories sont de petits abris de pierres sèches, de forme arrondie aux murs épais. Les premières dateraient du XVIIe siècle.
Le plus souvent isolées en campagne, elles servaient de refuge aux bergers qui emmenaient pâturer leurs troupeaux loin de chez eux. Elles étaient donc construites en fonction des itinéraires que ces derniers suivaient.
Il en reste à ce jour quatre à Lançon en plus ou moins bon état de conservation : sur la RD 19 en direction du Val de Sibourg ; au Camp de Pertus. sur la RD 113 après le col du Télégraphe en direction de La Fare-les-Oliviers ; et enfin la dernière aux Escalettes qui malgré l'effondrement de l'un de ses côtés a gardé sa forme initiale.
Ces constructions typiques nous rappellent le savoir faire et la sagesse de nos anciens. On trouve une multitude de bories en Provence, près des vignes, des champs de lavande ou de coquelicots.

 

    


La chapelle Saint-Cyr située au bord de la route départementale 113 date de la fin du XIe siècle. Elle fut à l'époque le centre du vieux village avant que les habitants ne vinrent se réfugier plus haut, à l'abri derrière les remparts.
De style roman, sa construction est simple, sans ornement à l'intérieur comme à l'extérieur, mais ses proportions sont harmonieuses. Elle se compose d'une nef unique et de deux chapelles latérales. La façade occidentale est aveugle, seuls le choeur et les croisillons sont percés de petites ouvertures. La toiture est en lauzes et son clocher ajoute à l'harmonie de l'ensemble.
A l'époque, le cimetière entourait l'église, et il y existait un puits orné d'une croix de fer, dont les débris sont conservés au musée du vieux Salon.
Grâce à sa beauté, à la pureté des lignes et des volumes, la chapelle Saint-Cyr est l'une des petites églises les plus remarquables de la région. Elle fait, encore aujourd'hui, la fierté des lançonnais!

      


La maison dite des Templiers se situe dans une rue au nom évocateur de "Pavé d'Amour". Classé monument historique, et datant du XVIe siècle, cet hôtel particulier de style renaissance et de goût aristocratique,fut bâti par le seigneur Foresta, originaire d'Italie. Capricieux, il décida de se faire construire un hôtel à la mode, plus moderne et plus confortable que le château historique. Malheureusement, dans les années 20, cet hôtel connut un triste sort .M. de kassel, baron, entreprit de le faire démolir pierre par pierre, pour le reconstruire sur son terrain à Cannes. Mais il mourut lors d'un voyage en Amérique avant la fin du chantier. Il y a donc des morceaux de l'hôtel éparpillé sur la côte d'azur, et à Lançon il nous reste ce magnifique vestige...L'inscription " sub silen" est peut être une abréviation de "sub silentium" c'est à dire que l'on garde sous silence...mais garder sous silence quoi ? Cela reste un mystère...

 

      


La place André Wolff doit son nom à son notaire lançonnais, résistant pendant la seconde guerre mondiale et exécuté par l'occupant en août 1944. Elle se situe dans le centre ancien d'où rayonnent de petites rues étroites et typiques. La grand rue constituait autrefois l'ancienne entrée du village, fermée par une porte fortifiée, aujourd'hui disparue.
La fontaine fait partie des deux dernières en eau dans le village. En face de celle-ci se trouve l'ancienne mairie, autrefois Hôtel Pascalis, exemple typique d'imitation de l'architecture du XVIIIe s. Elle abrite encore aujourd'hui certains services municipaux.

 

      


Sur la Rd 19, de l'autre côté de l'autoroute, vous pourrez admirer le château Sénéguier qui daterait du début du XVII ième siècle.
Le hameau comportait à l'époque 3 bergeries, dont l'une est située dans la cour du château. Dans le magnifique jardin d'agrément se trouvent un bassin,une fontaine et un lavoir, fermés par un portail monumental. Ce domaine est aujourd'hui privé et accueille des mariages et réceptions.

 

      


Construit au XVIII ième siècle, le pigeonnier de la Goiranne situé en contrebas du village, fait partie du domaine agricole qui se trouve après le canal EDF et le canal de Craponne.
En Provence, comme ailleurs, cet édifice se trouvait à côté des grandes maisons de maître et était un élément important de l'architecture rurale. Il servait à l'élevage de pigeons dont la viande était très appréciée à l'époque. Les fientes quant à elles, fournissaient un engrais de bonne qualité pour les cultures.
On compte à Lançon plusieurs pigeonniers typiques comme ceux de Grand Pomier, Petit Pomier, le Mazet, Sibourg, Bonsoy, Calissanne."